Une Afrique, une voix, un dégré!

Par Landry Ninteretse

« L’Afrique doit redéfinir sa position aux négociations sur le climat et tout accord qui n’est pas équitable ne peut pas être accepté par les africains». C’est dans ces termes que s’est exprimé l’Ambassadeur Lumumba, négociateur en chef du groupe des G77-une des parties les plus importantes aux négociations en cours- dans une rencontre initiée par la société civile africaine pour faire le point sur l’avancement des discussions.

Devant une audience de plus de soixante délégués africains de la société civile comprenant également des parlementaires, M Lumumba n’a pas mâché les mots en parlant d’une tentative d’imposition d’un texte qui limite le réchauffement à 2°C d’ici à 2100, ce qui représente selon lui un suicide pour le continent africain. “Même une hausse de 1,5°C est un grave danger pour notre continent” a-t-il déclaré d’une voix grave.

Visiblement ému et en colère, M Lumumba a dû à interrompre à deux reprises son intervention pour en évoquant les manœuvres de certains pays occidentaux de diviser le groupe des G77 et spécialement les pays africains. Il a déploré l’incompétence, l’immaturité et la complicité de certains négociateurs africains qui seraient prêts à collaborer avec les pays occidentaux qui avancent la limite de 2°C.

M Lumumba a rappelé la vulnérabilité de l’Afrique aux changements climatiques, le fait que l’Afrique est le continent qui connaîtra des hausses de température les plus élevée et que le continent noir n’atteindra jamais les objectifs du millénaires si un traité ambitieux et contraignant de réduction du CO2 n’est pas signé d’ici le 18 décembre.

Les pays africains doivent redéfinir leur position et présenter un texte basé sur l’exactitude scientifique et se être dotés de moyens pour assurer un rapide développement économique et une industrialisation propre” a martelé M Lumumba qui a fustigé les promesses de financements de 10 milliards de dollars comme fonds d’adaptation au changement climatique. “Cette somme est insignifiante comparée aux 1300 milliards débloqués pour faire face à la crise économique mondiale.”

Juste après cette rencontre, les délégués de la société civile africaine ont décidé d’organiser une action de protestation à l’intérieur de Bella Center, le lieu où se déroulent les négociations et d’alerter les médias sur le scandale en cours.

“Copenhague représente le sommet de la vie ou de la mort, c’est soit l’un soit l’autre” d’après Sena, un délégué de Sierra Leone s’exprimant devant les médias. Winnie Assitie du Kenya quant à elle estime que les leaders présents à Copenhague rendront compte de tout ce qui arrivera à l’humanité dans l’avenir si un accord sur le climat n’est pas trouvé d’ici dix jours.

Le groupe africains prévoit de ce réunir ce mercredi matin pour sortir une déclaration commune et n’exclut pas de vigoureuses actions de protestations tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de Bella Center. Dès le premier jour de la conférence, plusieurs activistes protestent pacifiquement par des démonstrations qui appelent à une prise courageuse d’un accord de sauvegarde de la vie.

Rappelons qu’après les cérémonies d’ouverture de la quinzième conférence des Nations Unies sur les changement climatique ce lundi matin, Mme Connie Hedegaard qui préside les négociations et M Yvo de Boer, secrétaire exécutif des Nations Unies sur le changement climatique ont co-animé une conférence de presse où ils ont tous affirmé l’existence d’une ferme volonté politique d’aboutir à un accord ambitieux, des financements immédiats et des actions urgentes pour stopper les effets du réchauffement climatique.

Advertisements

2 responses to “Une Afrique, une voix, un dégré!

  1. Eric Hakizimana

    Dépuis le début de la conférence d’essais de suivre ce qui se passer à Cop, j’ai l’impression que le temps file alors que le débat se réchauffe, nous nous demandons alors s'”ils pourront vraiment arriver à un accord commun et rassurant pour l’avenir de l’humanité” wait and see!

  2. Eric Hakizimana

    A lire cet article on dirait que l’Afrique est déconsidérée et que ses représentants risquent d’être dominés.
    ” si l’Afrique est représentée c’est pour s’exprimer, se faire entendre et surtout pour prendre une position influente “

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s